samedi 21 janvier 2023

Le Courrier : La Marche bleue veut emporter la Suisse

      mercredi 18 janvier 2023 Achille Karangwa

 
La Marche bleue veut emporter la Suisse

Fera-t-elle un raz-de-marée auprès de la population? En tout cas, elle a déjà rempli l’Aula du Palais de Rumine à Lausanne mercredi soir. La Marche bleue – ainsi que l’ont baptisée ses quatre initiatrices vaudoises préoccupées par la sauvegarde la planète bleue – y a été présentée lors d’une conférence de presse originale. Du 1er au 22 avril prochain, ce périple entre Genève et Berne, porté par des femmes mais ouvert à toutes et à tous, a pour but de «créer une vague d’espoir».

Ornées de bleu, elles étaient une centaine (avec quelques hommes) à mimer leur consternation face à l’inaction climatique, dans la salle qui accueillait les député·es vaudois·es jusqu’en 2017. La presse, elle, était conviée à en être témoin en prenant les sièges qu’occupait le Conseil d’Etat à l’époque.

Une mise en scène, parfois musicale, durant laquelle plusieurs d’entre elles ont à tour de rôle présenté cette campagne de sensibilisation à la cause climatique qui sillonnera la Suisse ce printemps, et dont le manifeste appelle à «créer le changement radical qui assurera notre avenir». Une démarche initiée par quatre figures du canton de Vaud, qui déplorent «que la Suisse n’applique toujours pas les accords de Paris», a résumé l’avocate Irène Wettstein (lire ci-dessus).

Julia Steinberger, une des co-autrices du dernier rapport du GIEC, a expliqué qu’elle «marchait car les connaissances scientifiques ne suffisent pas». Leur idée: emporter l’enthousiasme populaire à travers une randonnée qui se déroulera durant les vacances de Pâques et sera jalonnée par une douzaine d’événements publics dans les communes, dont cinq journées thématiques à Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, jusqu’à une grande journée à l’arrivée à Berne, le 22 avril.

Cette action, dont elles espèrent qu’elle soit d’envergure nationale, est déjà soutenue par une centaine de personnalités féminines de gauche, mais aussi de droite, à l’instar de l’ex-conseillère nationale Alice Glauser, issue de l’UDC vaudoise. Il s’agira de se nourrir des propositions de solutions écologiques apportées par les citoyens et citoyennes des communes traversées afin de les faire résonner au sein de la capitale politique du pays.

Informations et inscription: https://lamarchebleue.ch/

 

Le Palais de Rumine mercredi. Une centaine de personnes ont pris part au lancement de la Marche bleue

    


Attention à la marche!  

Quatre femmes lancent une marche de Genève à Berne pour relever le défi du changement climatique.  

Connues pour leur engagement professionnel, quatre femmes lancent une «Marche bleue» pour le climat entre Genève et Berne en avril et invitent la population à les rejoindre (lire ci-dessous). Portraits.

Irène Wettstein, avocate

«Nous avons le sentiment d’arriver au bout de ce que nous pouvons faire dans nos domaines d’expertise.» Irène Wettstein, 57 ans, a rassemblé plusieurs femmes, de milieux différents, pour marcher dans un esprit de «sororité» et lutter contre un sentiment de désespoir. L’avocate, qui a défendu pour la première fois des activistes du climat dans le cadre du procès de la partie de tennis à Credit Suisse en 2020, plaide souvent avec colère.

«J’attends que la justice, troisième pouvoir, incite à ces changements indispensables, en reconnaissant la légitimité de celles et ceux qui lancent l’alerte. Quand nous perdons, cela m’attriste. Pour rebondir, je passe à l’action.»

L’éveil écologique d’Irène Wettstein arrive sur le tard, lorsqu’elle est entraînée par son compagnon à une manifestation pour le climat en 2018. «Avant cela, ma conscience écologique se limitait au tri des déchets», sourit-elle. Elle commence alors à réaliser «l’ampleur du désastre». Elle accompagne alors plusieurs Grèves du climat en 2019. Lors d’une manifestation, elle constate l’occupation des locaux des Retraites populaires par des activistes. Elle leur tend sa carte de visite et se trouve ainsi entraînée dans la défense des militant·es du climat, qu’elle assure, comme les autres, pro bono.

Pour la Marche bleue, la Veveysanne a réservé trois semaines sur son temps libre. «Je vais marcher tous les jours, c’est essentiel. Sept ans après l’accord de Paris, nous n’avons pas encore de plan d’action climat concret et mesurable au niveau fédéral. J’espère que la mobilisation favorisera la mise en œuvre de solutions indispensables et urgentes à tous les niveaux.»

Valérie d’Acremont, médecin

Médecin tropicaliste et infectiologue à Unisanté, Valérie d’Acremont, 51 ans, a pris conscience du changement climatique en travaillant dans les pays du Sud. «J’ai compris que les efforts faits dans la santé publique allaient être perdus avec la nouvelle donne du changement climatique et de la perte de la biodiversité. Cela m’a révoltée», témoigne celle qui est aussi professeure de santé globale à l’Unil. Aujourd’hui, elle constate avec inquiétude que les courbes de la malnutrition remontent, à cause des mauvaises récoltes. «A terme, nous aurons moins de nourriture chez nous aussi.»

Ses premiers pas d’activistes, elle les a faits à Greenpeace, dès 2015. Elle a rejoint ensuite Engagés pour la santé, un groupe de soignant·es qui réfléchit à un système de santé équitable et respectueux de l’environnement.

En parallèle, celle qui est aussi conseillère communale verte à Lausanne s’est engagée à Extinction Rebellion et a cofondé le groupe Doctors4XR. On l’a vue à plusieurs reprises impliquée dans des actions de désobéissance civile. «On a surtout mené des actions de sensibilisation comme des pièces de théâtre, pour expliquer le réchauffement climatique en lien avec la santé.»

En 2021, avec des centaines de collègues, elle interpelle le directeur de l’OMS lors de l’Assemblée mondiale de la santé, puis Alain Berset, pour demander la décarbonisation du système de santé et un plan pour l’adapter au réchauffement climatique.

Participer à la Marche bleue est pour elle une suite logique. «Parfois, je me demande quel est le sens de mon métier, au vu de la catastrophe climatique en cours. On a tendance à continuer à foncer tête baissée dans notre routine quotidienne. Marcher, c’est prendre le temps de s’arrêter et de réfléchir.» A Berne, elle portera haut et fort la revendication d’une Assemblée citoyenne. «Quand les gens sont informés de manière transparente et équilibrée par toutes les parties prenantes, ils prennent des mesures en faveur du climat», défend-elle.

Bastienne Joerchel, directrice du CSP Vaud

Bastienne Joerchel, 57 ans, est connue pour son engagement social. Les questions liées à la globalisation l’ont accompagnée une grande partie de son parcours professionnel, d’abord à Helvetas, puis à Alliance Sud, où elle a travaillé pendant dix ans. «Les paysan·nes du Sud sont les premières victimes du réchauffement climatique. Inondations et sécheresses dévastent leurs terres. Et la responsabilité des émissions de CO2 incombent principalement aux pays riches», observe celle qui est aujourd’hui coprésidente de Swissaid.

Directrice du Centre social protestant Vaud depuis 2017, elle relève qu’en Suisse aussi, les plus précaires seront les premier·ères à subir le réchauffement climatique. «Ses conséquences créent des inégalités. Nous avons besoin d’y répondre de manière solidaire, en prenant en compte tout le monde», affirme-t-elle. A Renens, elle siège au Conseil communal dans les rangs des Vert·es.

S’engager pour la Marche bleue, c’est pour elle une «question de responsabilité». Elle compte profiter de sa fonction pour donner une visibilité à l’action pour des mesures climatiques. «Lancer cette initiative entre femmes, cela donne un élan. Dans les pays du Sud, beaucoup de changements ont été amenés grâce à leur mobilisation. Nous sommes toutes mères, nous voulons aller vers le mieux, pour nos enfants.» Elle espère que cela donnera du poids aux initiatives citoyennes et que la Marche arrivera avec des propositions concrètes à Berne.

Julia Steinberger, chercheuse

Scientifique et militante, Julia Steinberger, 48 ans, est de tous les combats pour le climat. «La neutralité scientifique est une idée qu’on instrumentalise pour protéger le statu quo. Si la science dit qu’il faut des transformations et que rien ne se passe, l’engagement devient nécessaire», martèle la professeure en sciences sociales du climat.

Coautrice du dernier rapport du GIEC, elle a commencé à faire de la «communication engagée» il y a quelques années. «En tant qu’invitée scientifique dans un festival, j’avais fait une présentation des enjeux sociaux du réchauffement climatique et encouragé alors les gens à devenir activistes», relate-t-elle.

Elle a participé aux premières manifestations d’Extinction Rebellion à Londres en 2018. De retour en Suisse, elle a défilé avec les Grèves du climat, donné des conférences à la demande d’étudiant·es de gymnase, puis s’est lancée dans des actions de désobéissance civile. Julia Steinberger a mené ses plus récents combats au sein de Renovate Switzerland. Elle n’aime pas le mot «espoir», n’est pas optimiste face à l’avenir mais donne toute son énergie pour alerter l’opinion publique et faire avancer la politique.

Alors que les politiques en faveur du climat sont selon elle trop souvent présentées de manière punitive, marcher ensemble est aussi une occasion pour les citoyen·nes de réfléchir ensemble à des transformations positives. «La plupart des gens sont inquiets, aimeraient faire quelque chose mais se sentent impuissants. En marchant, en se rencontrant, on va se parler les uns les autres, pour amener un nouveau souffle», affirme-t-elle en se réjouissant de l’enthousiasme suscité par une marche portée par des femmes.

Informations et inscription: https://lamarchebleue.ch/

lundi 14 novembre 2022

6 conférences CO2 dans l'Ouest lausannois

 

Comment réduire son empreinte carbone

      Conférences CO2 - juin à novembre 2022
 
Les Communes de Chavannes-près-Renens, Crissier, Ecublens et Renens ont proposé un cycle de 6 conférences sur la thématique de l’empreinte carbone, afin d'aider les particuliers à réduire leur bilan carbone personnel à travers une série de présentations informatives et interactives.

        Retrouvez ci-dessous les diaporamas des soirées:
 

Présentation du 5 juillet 2022 - Alimentation

Présentation du 6 septembre 2022 - Mobilité

Présentation du 26 septembre 2022 - Energie

Présentation du 10 octobre 2022 - Numérique

Présentation du 1er novembre 2022 - Loisirs & Achat

     

       les vidéos des soirées :

7 juin 2022 - Bilan Carbone         pas disponible

5 juillet 2022 - Alimentation      Vidéo       début à 3'50"

6 septembre 2022 - Mobilité      Vidéo      début à 6'50"

26 septembre 2022 - Energie        Vidéo      début à 3'35"

10 octobre 2022 - Numérique      Vidéo      début à 2'15"

1er novembre 2022 - Loisirs & Achats   Vidéo   début à 2'20"

 

Présentation des conférences :
Mathieu VERITER
SIE Service Intercommunal des Energies


vendredi 4 novembre 2022

L'alimentation, une clé pour la transition : les formations

 Formations 2021 et 2022 

Accéder rapidement aux liens sur tout le contenu

Avec présentations générales et diaporamas

*****

L'alimentation, une clé pour la transition :

INDEX des FORMATIONS

 

Présentation générale  du projet


Formation gaspillage alimentaire 2022 : lundi 14 novembre 2022 à Meyrin (GE)

Présentation générale

      Diaporama BPfenninger

     Diaporama LBarro


Formation agriculture 2022 : lundi 17 octobre 2022 à Cernier (NE)

Présentation générale

     Diaporama APerret

     Diaporama PPython_MRus

Liens entre l'humain et la nature : jeudi 9 juin 2022 à Yvonand

     Diaporama SKoller

     Diaporam JRegan

Les régimes alimentaires : jeudi 7 avril 2022 à Pomy

     Diaporama_APerret 

     Diaporama DGaudard

     Diaporama_JRupp

     Recette de la soupe marocaine 

Le gaspillage alimentaire 2021 : lundi 29 novembre 2021 à Ballens 
       
Présentation générale

    Diaporama

Les techniques agricoles et l’élevage : mardi 15 juin 2021 à Lausanne

Présentation générale

     Diaporama

 
LES PROJETS LOCAUX

Voici la liste des projets lancés par des participants au programme en Romandie. Certains sont en démarrage, d’autres déjà bien avancés. N’hésitez pas à contacter les personnes responsables pour vous joindre au projet ou pour échanger sur leur expérience. 

  • Commune de Borex. Systématiser la prise en compte de l'aspect durabilité et climatique dans toute décision du Conseil Communal et sensibiliser les concitoyen-nes-s à ces sujets. Infos, contact et articles 

  • Jardiner sur le toit du collège Jacques Dubochet. Des grands-parents pour le climat jardinent avec les élèves dans un lieu inédit. Infos et contact  

  • Alimentation: Privilégier les circuits courts. Des visites de fermes et domaines agricoles à Echandens et environs. Infos, contact et programme 2022

  • Déchets aux Avanchets: un tri au top! Le tri des déchets pose problème malgré les nouvelles poubelles enterrées. Ignorance, perplexité, négligence des habitants? Infos et contact 

  • Participer à l’effort pour le climat: c’est  possible pour chacun. Créer et distribuer des flyers dont les slogans non jugeants et positifs ont pour but de sensibiliser sur nos modes de consommation. Rejoignez notre équipe! Infos et contact 

  • Rassemblons nos cœurs autour de l'alimentation ! Comment aller vers demain dès aujourd'hui à Yvonand ? Infos et contact


 LES PROCHAINS ATELIERS

  • Les dates des prochains ateliers seront communiquées ici prochainement.

LES ATELIERS PASSES

  • Vendredi 4 novembre 2022. Projection du film ‘Manger, c’est politique’ des artisans de la Transition, suivie d’un atelier participatif visant à co-créer et faire émerger des actions locales favorisant l’alimentation durable.

  • Samedi 8 octobre 2022. Visite du domaine agricole de Cédric Rieben puis discussion conviviale autour d'un verre. Infos projet

  • Vendredi 7 octobre 2022. Reporté à une date ultérieure qui sera annoncée ici. Atelier de Travail Qui Relie et d’alimentation consciente au Domaine Challandes à Yvonand. En lien avec la journée de formation Lien à la nature 

  • Samedi 10 septembre 2022. Visite du domaine viticole des Abbesses chez Lucie et Solange Perey puis discussion conviviale autour d'un verre. Rdv à 11h, route des Abbesses 40, à Echandens.  Infos projet

  • Samedi 25 juin 2022. Visite du domaine agricole de Antoine Blanc puis discussion conviviale autour d'un verre. Infos projet

  • Samedi 14 mai 2022. Visite du domaine agricole de Marc-Etienne et Mathieu Cuendet puis discussion conviviale autour d'un verre. Infos projet

  • Samedi 11 décembre 2021. Stand d'information sur l'importance du tri sélectif. Infos et contact

 

 

 

 

vendredi 14 octobre 2022

Avec vous, samedi 5 novembre, précisions et inscription

Chères et chers grands-parents pour le climat de Lausanne et environs,
 
 
Comme annoncé dans notre envoi du 13 septembre, nous vous convions aujourd’hui à nous rejoindre le samedi 5 novembre à 14h00 à une après-midi d’échanges et de partage, suivie d’un pique-nique canadien.
 
Nous nous retrouverons donc au refuge communal de Prilly.  Il est situé en lisière de la forêt de Montolivet, à la sortie de Prilly, sur la route de Neuchâtel en direction de Romanel. Il est atteignable par le LEB, en descendant à l’arrêt Cery - Fleur de Lys  (repère visuel) .
Nous pourrons compter sur la présence de Mmes Martine Rebetez, climatologue, prof à l’université de Neuchâtel, pour un apport intitulé « Changements climatiques :  état des lieux » et Oriane Sarrasin, chercheuse en psychologie de l’environnement et députée au grand conseil, sur le thème : «Comment ne pas baisser les bras ? Le groupe et l’action comme ressources».
 
Leurs apports seront alternés par des temps d’échanges en groupes autour des questions suivantes : dans notre engagement pour le climat, comment passer de la dénonciation à la proposition et comment passer du Je au Nous…
 
Cet après-midi nous permettra de réfléchir à nos activités présentes et futures et de penser à notre prochaine Assemblée générale fixée au 20 mars 2023. Celle-ci sera aussi l’occasion de renouveler le comité dont les postes de la présidence et de la trésorerie seront à repourvoir.
La rencontre se poursuivra par un apéritif offert, suivi par un pique-nique canadien tiré des sacs.
Notre comité se réjouit de vous y accueillir !

Guy Dottrens, président,
Olivier Amiguet, secrétaire


Afin de faciliter notre organisation, merci de bien vouloir nous retourner le bulletin d’inscription ci-dessous,  à l'adresse email  :    gr-Lausanne@gpclimat-info.ch
 


 
Nom :                                                           Prénom :
 

  • Je m’inscris à la rencontre du 5 novembre :     oui / non
  • Je participerai au pique-nique :     oui / non